Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

Marie, volontaire MEP à Taïwan

Trois mois de mission à Taiwan, quelle aventure humaine et spirituelle extraordinaire pour moi qui ne voulait pas aller dans le monde « Chinois ». Mais aussi, quel « brin de folie » pour la jeune fiancée que je suis de quitter mon fiancé pour donner ce petit temps au service de l’Eglise d’Asie alors que je me marie en octobre prochain !

avec_annie_katy_et_vicky_mes_l_ves.jpgLa mission d’évangélisation qui m’a été confiée est venue en grand décalage avec mon propre désir de volontaire ; réalisant combien ma démarche était loin d’être gratuite, j’ai été remise à ma place dans ma manière de me mettre au service des autres, et tant mieux ! Non sans combat intérieur, décidant de Lui faire confiance, j’ai répondu « oui » à la mission qui m’était proposée. Le Seigneur m’a envoyé en mission là où je ne serais jamais allée de moi-même, là où je ne voulais pas aller.

Eh bien, ce qui est certain a ce jour, c’est qu’Il m’attendait vraiment là, ici dans cette petite ville de Sanhsia, dite la ville « aux trois fleuves », où un clocher se dresse au milieu de plus de 350 temples... Dans cette ville de banlieue de Taipei se trouve un petit lieu de vie de prière fervente, de charité et d’unité, où l’esprit missionnaire est bien vivant. Tel une oasis au milieu du désert, le Foyer de Charité de Sanhsia est un lieu de silence et de paix au beau milieu des rues bruyantes où les temples dressés en l’honneur des dieux païens sèment davantage la peur dans les cœurs; la cloche rythme la vie de notre quotidien alors qu’en dehors les chants des « sorciers », les cris des pleureuses sont très présents... C’est dans ce Foyer de Charité qui jouxte la Paroisse que je partage ma vie avec trois « soeurs » : Isabelle, Anna, Maria, avec comme Père du Foyer, le Père Le Gal.


un repas au foyer un dimanche.jpgA peine, le pied posé sur la terre Taïwanaise, un accueil formidable m’attend. Alors que je m’attendais à me retrouver perdue au milieu des Chinois, une place m’est donnée dans cette famille si unie du Foyer et de la Paroisse, j’y trouve beaucoup de chaleur humaine, de bienveillance, de simplicité dans les relations malgré la différence. Mes « stéréotypes » et mes craintes tombent enfin ! Ouvrant grand mon coeur je vais de surprises en surprises, accueillant et goûtant ces richesses qui regorgent de simplicité et qui vont rythmer mon quotidien. Sans parler seulement des plats aux mille et une saveurs que je découvre volontiers, je goutte, depuis 3 mois, des saveurs nouvelles et inconnues dans mon quotidien. Les difficultés ont été présentes mais j’ai essayé de les vivre dans l’offrande pour la mission et mon futur foyer...

Nombreux ont été les renoncements pour vivre le don dans cette mission, à commencer par quitter mon fiancé, dans nos communications limitées, il m’a fallu entrer dans la docilité pour partager la vie de la communauté, un cadre si éloigné du mien, pas simple ! Le rythme de prière intense a été source de grands combats intérieurs, mais j’ai choisi de le vivre pour partager au maximum la vie de ceux qui m’entouraient, de vivre l’inculturation aussi bien du pays et de la communauté qui m’accueillait et ce qui est clair c’est que la joie du don surpasse tout ! En plus de cette joie et paix profonde, j’ai reçu au centuple très concrètement sans rien demander (invitations pour de multiples visites dans la région, le pays, nombreux cadeaux…), et j’y vois la délicatesse de Dieu qui a pris soin de moi de A à Z, dans les plus petites choses !...


l_autel_dans_l_glise_de_l_annonciation.jpgLa mission très diversifiée est centré vers un seul et même but : l’évangélisation. Je ne savais pas tellement de quoi serait faite concrètement cette mission, mais je me suis laissé heureusement surprendre. Ouf, elle est loin d’entrer dans le prosélytisme.... Il m’a été demandé de nouer des relations d’amitié avec ceux que je serais amené à rencontrer, d’inviter au foyer les jeunes, amis rencontrés, pour qu’ils découvrent tout simplement ce lieu de vie chrétienne et y vivent de bons moments. Pour la suite, à la grâce de Dieu ! Et en même temps cette mission est d’une grande exigence car elle vient toucher du doigt ma foi et ma façon de vivre en tant que chrétienne…
La mise en place de cours de français dans le foyer permet à des chrétiens et non chrétiens d’y venir, mes liens avec eux se sont vite approfondis et nous partageons de vrais moments d’amitié, d’entraide et de joie. Quelle joie d’entendre certains élèves former des phrases dans nos conversations quotidiennes ! Me retrouver professeur de Français au Foyer ainsi qu’à l’université est une très belle expérience source de riches échanges. A l’université je dispense des cours à partir d’Humane Vitae !!! Quelle riche idée de la part du Père d’avoir « osé » cette thématique. Les échanges avec ces jeunes sur le mariage, la famille, la conception de la vie et ses atteintes dans notre société sont d’une grande profondeur. A mon avis il est d’autant plus important d’aborder ces sujets que la société Taïwanaise est particulièrement marquée par une fermeture à la vie, le consumérisme et l’individualisme. (Enfin, il y a également du travail chez nous !) L’enseignement est vraiment un lieu d’évangélisation, et il faut être audacieux pour dire la Vérité, c’est ce que je retiens !


Au Foyer, avec les jeunes de la Paroisse, nous avons mis en place des activités ouvertes aux jeunes croyants ou non. Jeux de type scoutisme, avec une trame tirée dans la Bible, des chants traditionnel français ou encore des canons type : « Rois des rois, Seigneur des Seigneurs... ». Les jeunes ont été enchantés et, certains, fidèles a tout ce que nous proposons. Les activités partagées telles que le jeu, les visites extérieures et repas suscitent des partages, invitations. Ma plus grande joie c’est Tsien Qwoa (David), un de mes élèves de 50 ans, non croyant, qui est venu participer à la veillée Pascale avec nous, et qui depuis, répond présent à toutes les Messe. Il prie le chapelet et manifeste une vraie soif de devenir chrétien tout en ayant encore beaucoup de questionnements... Je vous le confie à vos prières ainsi que sa femme, Shu He.


Les déjeuners, cafés avec les étudiants à l’université sont de beaux temps où les conversations fusent : le mariage, la foi, qui êtes-vous les catholiques... ? J’aime toutes ces occasions qui me sont données de témoigner de mon choix d’engagement dans le mariage, cela suscite beaucoup d’intérêt et d’étonnement : « pourquoi est-ce que tu ne profites pas davantage de la vie de célibat avant de te marier, on perd sa liberté, c’est un frein... » Je me rends disponible et n’hésite pas à inviter les jeunes à visiter un musée, venir au Foyer, à la Messe, déjeuner... Deux d’entre elles sont venues fêter Pâques avec nous, la première Messe de leur vie aura duré 4 heures ! Enchantées de cette découverte, avides d’en connaître plus, Shannon et Dorinne seront volontaires en France cet été. J’aide aussi le Foyer dans la préparation de 17 étudiants qui s’apprêtent à vivre une expérience comme volontaires dans un Foyer de Charité, en France, cet été. Ils ont passé deux week-ends ici, participants a divers ateliers: culture française, religieuse, atelier cuisine française, veillée jeux et chants traditionnels et spirituels, enseignement du Père Bernard de Terves sur le Plan du Salut, temps de prière, Messe, Adoration, témoignages d’anciens volontaires dont l’une qui s’est convertie à Paray-le-Monial !

avec les futurs volontaires en france.jpgC’est fabuleux de voir ces jeunes venir ici, heureux de revenir et qui nous demandent d’en apprendre encore davantage sur la religion catholique ! Ils sont touchés par la paix à la Messe, par la charité des Chrétiens, « qui doit venir de leur Foi en Dieu... », dit l’un d’entre eux.
La mission m’ouvre davantage les yeux sur le fait que je suis petite, limitée, je demande d’autant plus la grâce de Dieu et j’essaie d’etre témoin de Son Amour dans le quotidien de la mission par ce que je suis, au cours d’échanges avec des étudiants, de personnes dans le bus intriguées par « l’Occidentale » que je suis, par les amitiés liées ici... Et lorsque l’occasion m’est donnée, je témoigne avec mes mots, ou simplement j’invite à venir « voir »... C’est tout simple, en réalité, la mission confiée à Sanhsia est celle de notre vie de Chrétien, celle que j’ai à vivre tous les jours dans mon environnement. Etre semeurs de l’Evangile là ou nous sommes, demeurer attentifs à ceux qui nous entourent, à leur soif spirituelle... Je reviens en France réveillée dans ma Foi par cette mission, soyons témoins, les âmes ont soif, il faut y aller à fond, mais avant tout par notre manière d’ETRE! Je suis enrichie par la différence rencontrée là-bas et regarde différemment le monde dans lequel je vis, j’ai été enseignée par chacun de ceux que j’ai rencontré.
Pourquoi suis-je partie ? Pour donner à Dieu quelques mois de ma vie et me mettre a l’école de l’amour... Au Foyer, dans le quotidien de la mission j’ai expérimenté et reçu ce témoignage de ceux qui m’entourent : l’amour se vit dans le don gratuit qui implique le renoncement à soi-même.... C’est alors que l’on reçoit tout… Cette magnifique expérience, marquée par de nombreux arrachements, combats intérieurs contre mon petit moi, est une belle préparation au mariage et déjà source de fécondité dans ma vie de couple avec mon fiancé, Alexandre… Tout pour la Gloire de Dieu, pourvu que Sa volonté soit faite dans ma vie et que je réponde à son appel! C’est vraiment ma prière... La mission continue maintenant en France et à deux, quelle grande aventure !
Au Foyer de Charité de Sanhsia et à tous leurs amis je dis : Fei chang xie xie ni ! Ma Xiao Li - Marie