Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

L'île aux mille sourires - Violaine, volontaire MEP aux Philippines

"DAY BY DAY…C’est le mot d’ordre ici !"

Seulement 6 jours que je suis ici mais déjà tellement de choses à vous partager…Tout se passe bien. Cependant, les débuts restent malgré tout fatigants puisque l’adaptation est toujours en cours ! Tout est nouveau et tout est différent : les gens, la culture, la langue, le climat, le paysage, le mode de vie, le niveau de vie, le rythme, la nourriture…

L’association dans laquelle je vais travailler s’appelle « Association Compassion Jeunesse Asie » ; elle a été fondée par 4 religieuses Missionnaires de Marie il y a bientôt 10 ans. Dans ce pays où la pauvreté et la misère sont partout, elles ont constaté que de nombreuses associations et ONG s’occupaient déjà des jeunes enfants. C’est pourquoi, elles ont décidé de centrer leur action sur les adolescents, issus de familles très pauvres vivant dans les bidonvilles, et livrés à eux mêmes dès leur plus jeune âge. Ils sont souvent la proie des nombreux gangs (les garçons surtout) qui les utilisent pour commettre délits et autres violences. Ils finissent alors en prison, dans des conditions très précaires. Aux Philippines, les enfants sont incarcérés pour des délits allant du simple vol à l’étalage au meurtre et, la plupart du temps, les peines ne sont pas du tout proportionnelles au délit commis…Les jeunes filles sont souvent les victimes de violences et de maltraitances de la part de leur famille, lorsqu’elles en ont une, ou des personnes qui les exploitent.

L’association a donc monté 2 projets pour ces jeunes:
 Le Marcel Van Program (MVP) pour les garçons : des activités diverses dans les prisons (sport, groupes de discussion…), d’une part, et un programme de 2 ans pour certains garçons sortant de prison, d’autres part. L’objectif étant de les scolariser, de renouer des liens avec leur famille, de les aider à parler de leurs blessures et de faire le nécessaire pour leur réinsertion sociale et leur indépendance.
 La School Of Life (SOL) pour les filles : en suivant ce programme, les filles passent 5 ans de vie au sein du foyer. Puis, elles sont encore suivies 2 années pendant lesquelles elles ne vivent plus au foyer. Actuellement, la SOL accueille 17 filles âgées de 14 à 19 ans. La plupart d’entre elles sont issues d’autres centres d’accueil ou ont rencontré les sœurs par d’autres biais. Elles portent des blessures souvent assez profondes (abandon, enfance passée dans la rue, maltraitance, viols, abus…) et ont besoin de se reconstruire. La SOL leur offre donc la possibilité d’aller à l’école, de soigner un peu leurs blessures et de retrouver leur dignité. Vie de famille, travail, respect de l’autre, sens du service, écoute, sens des responsabilités…sont les valeurs qui leur sont enseignées au quotidien. C’est un travail de longue haleine mais qui porte de beaux fruits…

MVP est basé à Manille alors que la SOL, où je vais travailler, est à Balanga à 3h de bus de Manille. Tous les vendredis soir, les garçons rejoignent Balanga et tout le monde passe le we ensemble.

Arrivée samedi dernier à Manille, je suis restée au centre MVP jusqu’à mardi soir où j’ai rejoins Balanga. Première journée : visite de Manille avec Niccolo, un philippin très sympa qui m’a guidée dans cette ville complètement hallucinante de 14 millions d’habitants…Manille et son épais nuage de pollution, ses jeepneys (sortes de minibus montés sur des vieilles jeep américaines), ses tricycles, ses vans, ses taxis, ses voitures, ses bus, son métro, son train, ses gens partout, ses enfants en surnombre, sa pauvreté criante, son odeur parfois insoutenable, ses averses quotidiennes qui inondent les rues en 5min…bruyante, suffocante, encombrée…C’est complètement fou ! Et puis lorsque le soir, épuisé et en nage tu rentres pour te doucher et tu apprends qu’il y a eu une coupure d’eau…tu ne peux que sourire et te dire que, de toute façon, la douche est un plaisir plus qu’éphémère dont l’effet disparaît sitôt que tu en sors…

Le lendemain, je suis partie avec Diane (une philippine membre du staff de la SOL) dans un orphelinat à l’autre bout de Manille pour visiter la petite sœur d’une des filles de la SOL qui va peut-être nous rejoindre lorsqu’elle sera plus grande, si elle le souhaite. Ensuite on est passé voir une ancienne fille de la SOL, toujours parrainée par l’association, dans un quartier très pauvre de Manille : un espace minuscule, sans ouverture, où sont entassées 4 personnes, 2 chiens et 4 chats…difficile d’imaginer que l’on peut vivre là-dedans alors que 3 jours auparavant j’étais encore en France ! On est rentré en milieu d’après-midi, 6h après être parti, sachant que nous sommes restées respectivement 45min à l’orphelinat et 30min lors de notre seconde visite…Voilà ce que c’est Manille et son trafic !! En arrivant à l’office de MVP, les garçons se sont précipités pour nous cuisiner quelque chose, faire la vaisselle derrière…aux petits soins les ados ici…!!

Mais je n’avais encore rien vu…le jour suivant, je suis partie avec Laurent (un volontaire français qui attaque sa 3ème année ici…donc, il est quasiment membre du staff !) pour le suivre dans son job. Nous devons aller voir un des garçons chez lui, Hidaki, dans un bidonville à l’autre bout de Manille, pour savoir pourquoi il n’a pas remis les pieds au centre depuis 2 semaines…Départ 6h30, jeepney, puis bus, puis métro, puis rebus, puis jeepney, puis tricycle, puis à pied…A l’entrée du bidonville, je prends ma respiration et tâche de ne pas perdre de vue Laurent dans ce labyrinthe incroyable de rues aussi étroites les unes que les autres et de maisons faites de 3 planches et d’un bout de tôle. Pas facile de retrouver une maison là dedans…l’odeur me fait des nœuds dans le ventre. Des enfants courent pieds nus, jonglant entre les flaques d’eau, les poules et les ordures ; des femmes nettoient du linge ; les gens traînent. On finit par trouver la maison d’Hidaki après s’être fait indiquer 10 fois le chemin ! On entre chez lui, un trou noir où vit toute la famille : les 2 parents et leurs 4 fils, plus 2 ou 3 chiens. Hidaki est là alors qu’il devrait être à l’école : premier mauvais point. La mère explique alors à Laurent qu’il n’est pas revenu au centre parce qu’elle lui a demandé de l’aider à vendre ses œufs, qu’il s’est battu avec son père hier parce qu’il était retourné avec ses anciens amis peu fréquentables et qu’ils se seraient battus entre eux (d’où les deux dents en moins pour Hidaki)…Finalement, Laurent préfère s’écarter avec Hidaki pour parler avec lui sans l’influence de sa mère, me laissant assise là avec elle et les autres garçons : j’faisais pas trop la maligne… !! On commence donc à discuter, moi dans un anglais timide et elle dans un anglais philippin spécial…mais malgré tout, nous échangeons quelques mots et elle me présente donc sa famille, sa vie…j’écoute, c’est à peu près tout ce que j’étais en mesure de faire ! Laurent et Hidaki reviennent au bout de quelques minutes qui m’ont paru une éternité, Hidaki nous raccompagne à la sortie du bidonville et promet d’être cet après midi même au centre, nous verrons bien…

Il est 11h30, on court vers notre prochaine visite, une prison pour adultes dans une énorme zone militaire. Une prison où se trouvent, entre autres, des amis de Ben Laden…très rassurant ! Laurent doit y rencontrer le frère d’une fille de la SOL qui y est incarcéré alors qu’il ne devrait pas y être à cause de son trop jeune âge. Je ne pourrai pas aller plus loin que les grilles car je porte un tee-shirt orange qui est la couleur des prisonnier…No comment ! Je me résous donc à attendre Laurent sous la cagnasse, pas une miette d’ombre, un régal ! Puis on se dirige vers un centre de réhabilitation pour les plus jeunes garçons. Ils se refusent à appeler ça « prison pour enfant » mais c’est tout comme. Un centre où 180 garçons attendent patiemment leur jugement ou que quelqu’un de leur famille vienne les visiter ou les chercher si leur peine est purgée…Laurent doit y rencontrer une des assistantes sociales de ce centre pour voir comment collaborer avec eux et centrer leurs efforts sur la restauration des liens familiaux….Encore une sacrée rencontre !

Là, on est à J+3 depuis mon arrivée…Avouez que c’est assez violent quand même ! Bon, je vois qu’il faut que j’abrège un peu sinon vous allez trouver ça trop long…Mais bon, ça fait du bien de vous raconter tout ça parce que ça fait vraiment beaucoup de choses à digérer en si peu de temps !!

On devait rejoindre Balanga ce même jour, dans l’après midi avec la voiture, mais on est parti à 21h en bus, la voiture était HS…Tous mes bagages devaient donc me suivre le lendemain si la voiture était réparée ! C’est ça aussi les Philippines : les journées ne se passent jamais comme prévu, le programme change parfois plusieurs fois par jour et on ne sait donc jamais de quoi sera fait le lendemain ! Le lendemain, 4ème jour, encore une grosse journée : découverte de Balanga (70 000 habitants, plus chaud et plus humide car plus proche de la mer…), de la SOL, des filles…Je commence à vraiment puiser dans mes réserves mais je fais bonne figure ! Encore de nouveaux visages qui se ressemblent tous, des prénoms à mémoriser…Les filles du foyer m’ont réservé un super accueil et se montrent déjà attachantes. Quand on lit leur dossier et ce qui les a conduit ici…ça laisse sans voix !

Pour surmonter tout ça ?!…le sourire des gens, leur bonne humeur, les rires, toujours, partout…incroyable !

Cela va faire une semaine que je suis arrivée et je n’ai toujours pas de logement définitif, alors je squatte par ci par là…mais j’ai hâte qu’on me trouve quelque chose pour me poser et reprendre un peu mes esprits !…

DAY BY DAY…C’est le mot d’ordre ici !